mardi 29 janvier 2008

semaine à GOMPONSOM et rencontre de LTGA



j'ai expliqué à hamidou que je devais partir vers Yako pour rencontrer des francais qui étaient dans un village et que pour cela je devais aller à OUaga pour prendre un car jusqu'à Yako. A ce moment là j'apprends qu'il va lui aussi à yako par le plus grand des hazard.
En réalité je ne savais pas pourquoi ni où exactement il allait. Je me suis dit que je verrais bien sur place comment je me débrouillerai pour rejoindre Boulma le village où se trouve Hélène et Jean de Libère ton génie pour l'Afrique (une association à Lambesc).
Donc me voici partie pour Ouaga lundi, 60km en moto. On arrive en ville dans l'organisme Diobass qui s'occupe de la recherche dans le milieu de l'agriculture.Là un car nous attendait.On embarque avec les 30 autres personnes qui étaient déja sur place. voyant la route défiler je me suis quand même demandée si on allait bien au bon endroit.

Finalement la destination finale était un petit village à 10km de Yako qui s'appelle Gomponsom. je découvre un site où tout était prévu pour héberger 80 personnes et où l'organisation était sans faille. La nourriture était déja prête, ils ne nous restait plus qu'à nous mettre à table enfin sur un banc.
Tout le monde s'installe dans les locaux sauf moi à qui on a réservé une pièce séparée. Je suis un peu gênée par cela car je n'étais pas prévue normalement et finalement je me retrouve mieux logée que tout le monde.
Au milieu de cette foule un autre blanc, Hugues qui est belge fait parti des organisateurs. Il vient au burkina depuis 20 ans et a l'âme d'un burkinabé avec ses habitudes.
Durant 3 jours je participe à cet Atelier gigantesque, qui a été mis en place pour que les paysans réfléchissent sur la décentralisation et l'amélioration de ce qui existe avec les moyens qu'ils ont sur place , dans leurs villages.
C'est très intéressant comme manière de travailler. cela me permet de découvrir comment ici on peut s'aider et surtout comment partager les savoirs entre groupements. Tous les jours nous sommes amenés à changer de village le temps de la journée. A chaque fois il faut charger les cars et amener la nourriture sur place.
Au bout de 3 jours j'organise mon voyage pour Boulma. J'essaye de faire en sorte que ça dérange le moins possible l'organisation de l'atelier.le départ se fait à 19h, après que les organisateurs se soient assurés que j'ai le ventre plein. voyage de nuit en moto dans la brousse, je me suis demandée si j'allais arriver!
En rencontrant hélène et jean je retrouve un peu de notre culture occidentale et j'avoue que ça fait du bien, de retrouver des repères qui n'existent plus ici. j'ai partagé une journée avec eux en parcourant le canton de long en large pour visiter les écoles, et rencontrer Jean Sawadogo, un ami du couple francais qui est enseignant dans un village.
c'est mon premier voyage à bord d'une voiture!!
Après cette semaine riche en émotion, je retrouve l'atelier pour repartir le samedi pour OUaga et reprendre ensuite la moto jusqu'à Tanlili. j'étais morte de fatigue et j'ai apprécié mon lit et mon petit chez moi après une semaine d'aventure.

6 commentaires:

perrine a dit…

C'est génial ce que tu vis...les enfants, l'école et la vie...
continue ainsi
je pense fort à toi
perrine

Charlotte a dit…

Salut Coline!
Tes quelques mots font très plaisir à lire mais nous rappellent qu'il y'a plein de choses que tu ne pourras pas partager à ton retour et qui n'appartiendront qu'a toi...
La vie quotidienne est tellement différente que tu vas forcément revenir changée et que tu seras toujours un peu la bas. Tu auras beaucoup de chance d'avoir la richesse de ton expérience avec toi.
Dit comme ça c'est un peu solennel mais j'espère que tu comprends ce que je veux te dire!!
Profites profites profites!!
Bisous bisous a toi Visage Pale!

marie a dit…

Merci de penser à nous, pauvres petits français pris dans la routine du quotidien. Je suis toujours très heureuse de trouver de tes nouvelles, mêmes si elles sont rares.
On pense beaucoup à toi et on t'embrasse.

Maire

Martine a dit…

dans la revue du Dimanche du Dauphiné Libéré,3 pages sur le Burkina Faso en Mobylette,moyen original et trés local d'aller de village en village à la rencontre d'une population amicale,bienveillante...et amusée(dixit le journal).l'info aété diffusée par Papy.Merci de prendre le temps de nous donner de tes nouvelles.

mine a dit…

quel plaisir de te lire.On t'imagine pauvre petit visage pâle au milieu de tous ces gens qui sont heureux de t'avoir parmi eux.Je me suis fait beaucoup de soucis et me voilà rassurée.Je t'embrasse avec mon immese tendresse.MINE

vero a dit…

salut coline vero (la copine de maman)te suis dans tes aventures depuis le début !c est sympa comme tout de nous faire partager toutes tes découvertes.je suis ravie de savoir que ça se passe bien pour toi et qu on te dorlote un peu!!tu vas avoir tellement d'images fortes et de super émotions à partager ,tu vas devenir une grande artiste de la vie.je te souhaite encore plein de belles rencontres et de beaux voyages en motos!! bisous de nous quatre

 
A 20 ans j'ai décidé de partir voir ce qui se passe sur un autre continent. ce blog me permet d'exprimer mes impressions de voyage et d'essayer de faire découvrir une autre actualité