lundi 25 février 2008

Chaque minute passé ma rappelle que je dois partir. Et tout ca me renvoi à mes voyages en allemagne et en irlande. je suis sur un autre continent, le changement a été plus brutal que lors de mes précédent voyage mais je ressens la meme chose. cette envie de rester car je me dis qu'il me reste tellement à voir, cette envie de ne pas vouloir quitter les personnes que j'ai rencontré. la perspective de reprendre mon petit train- train , de ne plus entendre les enfants jouer, de ne plus voir ces visages d'hommes et de femmes que j'aime contepler, de ne plus retrouver le trafic de ouaga. je me rend compte que vivre pour moi c'est voyager, c'est se dire que nous ne connaissons rien et qu'l nous reste tout à découvrir. le voyage me permet de me découvrir, de voir que je suis capable de m'adapter dans beaucoup de situations, de m'épanouir dans les recontres que je fais mais aussi me rendre compte que j'ai besoin de me rendre utile.
ceux qui me connaissent savent que j'ai des idées bien arrêtées sur beaucoup de choses, surtout en politique, ou sur des comportements qui me choquent. il m'arrive d'être intolérante face à des personnes qui ne pensent pas comme moi, commes les étudiants de nos jours que je touve immatures ou tous ces jeunes qui n'ont aucune idée de comment le monde marche et qui ne regardent pas pus loin que leurs petits problèmes. je sais que c'est un de mes plus gros défaut et que j'ai et j'aurai du mal à le changer après ce voyage.
je me rend compte chaque jour que j'ai une grande chance d'avoir des parents comme les miens. Ils sont capables de me surprotéger mais aussi de me laisser vivre ce qui me semble important. Ils me laissent faire mes propres erreurs pour que je puisse apprendre et surtout ils ont toujours mis l'accent sur la culture et l'ouverture sur le monde.
il y a quelques années quand je devais partir seule dans un pays étranger, c'était pour moi la punition des grandes vacances. Mais heureusemet qu'ils ne m'ont pas écouté lorsque je pleurais. (car je sais que pour eux c'était difficile de me voir dans ces états).
Et pour ne pas oublier, sans mon père je n'aurais pas rencontrer toutes ces personnes. Il m'a aidé a organiser tout ca pour ensuite me laisser libre une fois sur place. C'est lui qui m'a appris à voyager sans contrainte de facon à rencontrer directement les gens, quitte à dormir à la belle étoile sur un parking ou à planter la tente dans le jardin de quelqu'un.

1 commentaire:

marie a dit…

Ouai, encore des nouvelles.
Je consulte ton blog quasiment tous les jours.
Je suis très contente d'y trouver des photos ces derniers temps.
Je sens dans tes messages la mélancolie du départ. C'est un moment difficile, qui dure un peu quand on est rentré, mais qui fini par se transformer en souvenirs heureux.
Je pense que tes parents, surtout ton Papa, seront très touchés par l'hommage que tu leur rends. Rien ne peux faire plus plaisir à des parents que le bonheur et la reconnaissance de leurs enfants.

 
A 20 ans j'ai décidé de partir voir ce qui se passe sur un autre continent. ce blog me permet d'exprimer mes impressions de voyage et d'essayer de faire découvrir une autre actualité