vendredi 29 février 2008

Actualité burkinabée

avant de commencer je vous donne le nom d'un blog: Au Burkina mon amour . c'est un jeune couple de francais parti pour 2 ans au burkina et tout ce qu'ils racontent (et qu'ils racontent tellement bien) sont des scenes que nous voyons tous les jours. certain article me font beaucoup rire car c'est des choses que j'ai pensé ou constaté. des événements qui se déroulent et qui nous paraissent tellement irréels.

Pour poursuivre je vais parler d'actualité.Comme en France, ici la population constate une augmentation énorme des prix. La vie n'est que survie et la solidarité est obligatoire pour avancer. A cela s'ajoute le fait que la saison des pluies a été très mauvaise et donc les denrées coutent plus cheres (comme le riz, le beurre de karité...).
les burkinabés étant victimes de tout ca, ils ont commencé à se mobiliser pour réagir (sans savoir que ce probleme est mondial). une marche "contre la vie chere" a été organisé à BOBO DIOULASSO il y a environ 10 jours.
"La ville de Bobo-Dioulasso a été le théâtre de manifestations de rue toute la matinée du 20 février 2008. De mémoire de Bobolais, elles ont été d’une violence jamais égalée, au regard de l’ampleur des dégâts enregistrés dans presque toute la ville. La capitale économique ressemblait à un vrai champ de bataille." (le faso.net)
Il y a eu des blessés, des mairies brulées, des places saccagées etc... après ces évenements tout le monde ne parlait que du 28 février où une nouvelle marche contre la vie chère était organisée.
pour expliquer clairement ce qui s'est passé je vais utiliser les extraits d'article du faso.net.
"Nana Thibaut, président du Rassemblement démocratique et populaire (RDP) et des jeunes patriotes révolutionnaires du Faso (JPRF), avait décidé d’organiser une marche contre la vie chère, aujourd’hui 28 février 2008, à Ouagadougou.(...)72 heures plus tard, il a confié à notre confrère Sidwaya dans un entretien publié le lundi 25 février ceci : "Nous renonçons parce qu’il y a des infiltrés". En lieu et place de la marche initialement prévue, il a lancé un appel à une ville morte qui, selon lui, "est une mise en garde et un signal à l’endroit du pouvoir". Nana thibaut a rencontré le mogho naba qui lui a demandé clairement d'annuler cette marche sinon il lui demanderait de quitter la ville de ouaga. Comme vous le savez le mogho naba est au dessus de tout et il est le seul à pouvoir demander une telle chose. nana tibaut a donc été obligé de demander aux marcheurs de ne pas manifester.
Après l'appel à la ville morte j'ai décidé de rester terré loin de tout ça. le jeudi matin nous ne savions pas s'il y a aurait marche ou pas. Nous attendions tous des nouvelles du centre ville.
on nous appelé pour nous dire que des pneus brulaient de tampouy (quartier ou je loge) au centre. puis on a commencé à entendre qu'une mairie était en train de bruler ainsi que des pompes à essences, que les gens poussait leurs mobylettes car ils n'avaient plus de carburant et que pour ce rendre en ville on obligeait les gens à payer une taxe.
je me demandais à quoi pouvait ressembler la ville à ce moment là, je n'arrive absolument pas à réaliser. la journée est passée et nous attendions tous le 20h pour voir des images et connaitre les dégats. le journal approché et là......... coupure de courant (chose tout à fait normal et fréquente). heureusement à 19h59 l'électricité est revenu et nous avons pu débattre sur les événements.

Personne ne parle de cela chez nous, où sont passés les journalistes. On se rends compte qu'en étant en france on a les yeux fermé sur beaucoup de chose. Comment ce peuple peut il se développer si à chaque fois qu'il fait un pas il recule de 1O pas ensuite. commes'il n'y avait pas d'issus. si tu écoutes les jeunes ils n'ont plus d'espoir, ils ne veulent plus se battre pour leurs droits, ils sont tous devenu fatalistes, ils ne voient plus de solutions et ne croient pas en leur gouvernement.
Nous, petits occidentaux, nous ne sommes jamais content,nous nous plaignons toujours mais je remercie le ciel d'être née en France. nous sommes des priviligiés, nous ne savons pas ce que c'est que de travailler juste pour survivre et non vivre. quand je regarde les enfants je me dis qu'il faut qu'ils profitent de cette insousciance et qu'ils se préparent à savoir se battre.

je sais que beaucoup pensent que je trouve ce peuple merveilleux et c'est vrai mais ce n'est pas pour autant que j'arrive à tout comprendre. Je ne peux comprendre l'impact de la famille sur un couple, ces ragots omnis présents, la place de la femme dans leur société, cette passivité de certains jeunes, ce manque de conscience politique et toutes ces traditions qui gérent leur vie.

2 commentaires:

vero a dit…

je vois qu'il y a de l'ambiance en Afrique!!comme ici !ton blog est vraiment très intéressant et je me précipite pour le lire même si je ne fais pas toujours de commentaire.j espère qu on aura le plaisir de te voir quand tu rentreras .profite bien de cette semaine a bientôt bisous

maman a dit…

Et voilà la journaliste c'est toi,continue à bien nous raconter ce qu'il se passe pour nous ouvrir les yeux

 
A 20 ans j'ai décidé de partir voir ce qui se passe sur un autre continent. ce blog me permet d'exprimer mes impressions de voyage et d'essayer de faire découvrir une autre actualité